AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Asano Mirai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Asano Miraiavatar
Passant


Messages : 4

Votre personnage
Âge : 18 ans
Classe ou Emploie: Troisième année de lycée
Club : Aucun

MessageSujet: Asano Mirai   Mar 26 Juin 2012 - 15:04

Asano Mirai





Sexe: Homme

Nationalité: Japonaise

Date de naissance: 12 décembre 1993

Lieu de naissance: Corée du Sud, Busan

Âge: 18 ans

Niveau scolaire: Troisième Année

Tuteur légal: Asano Shigeru

Numéro: 080 2401 1712

Avatar: Raikou Shimizu (Nabari no Ou)



Particularité ?

Atteint d’un cancer à l’âge de douze ans, il a accumulé les lacunes au gré de ses fréquentes rechutes, jusqu’à ce qu’il évite de remettre les pieds dans un établissement scolaire entre deux séjours à l’hôpital. Ses connaissances se révèlent très aléatoires selon les matières et ses centres d'intérêts du moment. Il possède un esprit scientifique mais n’a plus mémorisé une seule formule depuis l’âge de quatorze ans. Il y a six mois, les médecins ont diagnostiqué une rémission complète, et doit maintenant se réhabituer à l’idée d’avoir un avenir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asano Miraiavatar
Passant


Messages : 4

Votre personnage
Âge : 18 ans
Classe ou Emploie: Troisième année de lycée
Club : Aucun

MessageSujet: Re: Asano Mirai   Mar 26 Juin 2012 - 17:17

« Mirai tu as fini de nettoyer le salon ? Il est déjà presque six heures… Tes affaires sont prêtes au moins ? »

Ce qu’il… pouvait avoir chaud. On oubliait toujours que nettoyer un appartement de fond en comble était aussi fatiguant. La télé ne montrait que des ménagères pimpantes et efficaces grâce au produit machin, et aucun adolescent aux cheveux trop longs collés par la transpiration, se cassant le dos en utilisant un aspirateur conçu pour des japonais de taille moyenne alors qu’il dépassait le mètre quatre-vingt, tellement crevé après trois heures d’activités domestiques qu’il était pris de nausée dès qu’il ne redressait. Les publicités cernaient vraiment mal leur public. Sa mère n’avait probablement jamais passé l’aspirateur, a fortiori derrière la machine à laver des fois que les invités aient l’idée saugrenue d’y jeter un coup d’œil. Il n’était pas maniaque, non. Mais on lui avait confié la tâche de rendre l’appartement présentable alors que la dernière femme de ménage avait été licenciée deux semaines plus tôt et que l’ensemble de sa famille avait visiblement décidé de profiter de la pénurie momentanée de remplaçantes pour marquer son territoire de manière extensive. Jamais auparavant sa jeune sœur n’avait laissé traîner des baskets de marque de la buanderie à la chambre de leurs parents, son petit frère retapissé les murs de la cuisine de pâte à modeler, et son père jeté à terre les papiers sur son bureau dans un élan d’exaspération. Quoique pour ce dernier point, il n’y mettrait pas sa main à couper. Son père était un lunatique. Et lui jouait à la femme de ménage, parce que contrairement à son frère aîné et à sa sœur qui travaillaient dur, qui à l’université, qui au collège, contrairement à son autre frère qui s’entraînait au baseball douze heure par semaine, lui « n’avait rien d’autre à faire ». Ce qui était vrai, objectivement parlant, bien que plus pour très longtemps si l’on en croyait la brochure du pensionnat où il avait été admis. Les frais d’inscriptions étaient exorbitants, et Asano Mirai n’était pas du genre à décrocher une bourse. Il en avait donc déduit que le niveau scolaire actuel de son fils préféré avait finalement réussi à causer tant de honte à son père qu’il s’était résolu à prendre des mesures désespérées pour y remédier.

« Mirai ! »

« J’ai bientôt fini » hurla-t-il en réponse à la voix féminine désincarnée qui le supervisait.

C’était pratiquement un mensonge : si le salon était effectivement immaculé, il n’avait pas terminé le rangement de sa propre chambre qu’il cèderait dès le lendemain à la meilleure amie de sa sœur, avait besoin d’une douche comme la Méduse de lunettes de soleil, et le tas de vêtements posé sur son lit n’était toujours pas repassé. Pourtant, il ne doutait pas d'y arriver à temps : le tas de linge qui le vaincrait n'était pas encore né.

Les invités de ses parents –trois hommes et deux femmes, dont l’épouse de l’un d’entre eux, tous des relations strictement professionnelles– sonnèrent à la porte alors qu’il se séchait les cheveux. Sa sœur fit irruption dans la salle de bain, le tira par le bras avec un « magne-toi, esclave ! » et le propulsa au milieu des lions. Mirai leur adressa son sourire le plus angélique, imitation quasi-parfaite et longuement pratiquée de celui sa mère. Ils n’avaient pas l’air terriblement impressionné, mais le repas commença sans le moindre commentaire. La discussion s’engagea sur les rapports entre le Japon et les pays étrangers, ce qui passionnait tant Mirai qu’il préféra entamer un concours de haussement de sourcils avec son frère Junho. Il ne se serait pas aperçu que la femme-qui-n’était-l’épouse-de-personne avait déclaré son père particulièrement qualifié sur le sujet « puisqu’il avait bien adopté ses quatre enfants à l’étranger, n’est-ce pas ? » si elle ne l’avait pas fixé du regard juste avant de faire remarquer ce que tout le monde voyait, à savoir quatre adolescents qui ne se ressemblaient pas plus entre eux qu’ils semblaient avoir d’accointances génétiques avec ceux qui se disaient leurs parents, ni même avec n’importe quel autre japonais. Mirai aurait pu lui expliquer que, bien que son père biologique soit russe et sa mère coréenne, il avait été adopté à l’âge de cinq ans et par conséquent se considérait aussi japonais qu’elle, cependant il ne voulait pas paraître se justifier de la xénophobie des autres. Il ignora donc superbement le regard de ces inconnus, qui semblaient retenir contre lui sa peau un peu trop claire et ses yeux pas assez bridés. Comme toujours. Des années plus tôt, ses cheveux châtains avaient également fait tâche, puis sa première chimiothérapie leur avait été fatale, et il avait attendu qu’ils repoussent correctement pour décider que, quitte à se faire remarquer, autant que ça en vaille la peine. Désormais, il n’était plus l’étranger qui avait un cancer, seulement le gars bizarre aux cheveux teints en rose. En toute honnêteté, cela valait le coup d’essuyer quelques remarques ironiques sur ses préférences sexuelles supposées. Lui se savait 100% génial, et c’était tout ce qui comptait. Fort de cette conviction, il put prendre congé avec le sourire, et s’endormir sans trop s’appesantir sur ce qui l’attendrait dans son nouveau pensionnat.

Ce n’est que le lendemain, dans le train en direction de Kyoto, que des doutes lui vinrent sur la sécurité des élèves dans un lieu clos et apparemment isolé. Si son portable ne captait pas ? S’il n’avait pas récupéré un niveau d'aïkido suffisant pour pouvoir se défendre face au possible bizutage qui l’attendait ? S’il se retrouvait coincé au milieu de pratiques vernaculaires bizarres ? Son père lisant son journal, il préféra ne pas le déranger et secoua son frère aîné qui, non content d’avoir squatté son lit la nuit précédente « j’ai profité de ton ménage pour te donner mes draps à laver mais maintenant j’ai la flemme d’en remettre ce soir alors soit sympa », bavait désormais allègrement sur son épaule, ayant décidé de profiter de la sortie pour visiter des amis dans la région.

« Mirai, si jamais ces gens ont des "pratiques vernaculaires bizarres", tu vas adorer » se borna-t-il à lui rappeler avant d’emprunter le journal de leur père et d’entamer les sudokus. Comme il avait raison, le reste du trajet se déroula en silence. À la sortie du train, Junho disparut dans la foule en agitant la main, tandis que leur père poussait Mirai et sa valise vers les autocars. Une heure quarante plus tard, ils se trouvaient au pied de la colline du pensionnat. Trainant son bagage d’une main et gardant de l’autre son portable à hauteur d’yeux, le jeune homme surveilla sa barre de réseau tout au long de son ascension, constatant avec soulagement qu’elle ne faiblissait pas. Il n’en détacha cependant pas son regard en entrant dans le hall, trouva le secrétariat suivant les sonneries des téléphones et le bruit des touches d’ordinateurs qu’on tapotait à toute vitesse, laissa son père signer les derniers formulaires, et ce n’est qu’après lui avoir dit au revoir qu’il réalisa qu’il se retrouvait dans un environnement, certes pourvu de réseau, mais néanmoins inconnu.

L’exploration commençait.


Dernière édition par Asano Mirai le Mar 26 Juin 2012 - 23:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyuji Rubyavatar
Passante


Messages : 63
Féminin Age : 21

Votre personnage
Âge : 17 ans/ élève
Classe ou Emploie:
Club : Club de Musique

MessageSujet: Re: Asano Mirai   Mar 26 Juin 2012 - 22:57

Premièrement, je te souhaite la bienvenu. Cela fait toujours plaisir de voir arriver des nouveaux, et ce même en temps de vacances. J’ai lu ta fiche, et en général, je dois dire que j’apprécie beaucoup. Mais étant donné que je suis une perfectionniste occasionnelle et que je veux t’aider à la rendre encore meilleure, voilà les quelques lacunes que j’ai pues repérer :
- Tu appelle le pensionnat, le pensionnat « shota ». Or, vis à vis de la signification première qui n’est pas idéal, celui-ci a été renommé. Pour l’instant, le nom reste encore assez incertain. Donc pour ce qui est de cela, je pourrais toujours corriger ta fiche dès que ce sera définitif.

EDIT (Emily) : Le nom définitif a été choisi cependant il n'a pas été divulgué officiellement, ma chère x)

- Dans ta phrase : « Si le salon était effectivement immaculé, il n’avait pas terminé le rangement de sa propre chambre qu’il cèderait dès le lendemain à la meilleure amie de sa sœur, avait besoin d’une douche comme la Méduse de lunettes de soleil… »Je ne trouve pas le sens de la phrase. Donc tu peux me l’expliquer comme la modifier.
- On retrouve le même problème ici ; « …trois hommes et deux femmes, dont l’épouse de l’un d’entre eux, tous des relations strictement professionnelles… » Sachant que si l’une est l’épouse de l’homme, elles ne sont donc pas strictement professionnelles. =p
- « Mirai leur adressa son sourire le plus angélique, copié sur sa mère aux prix d’une longue pratique. » Je ne suis pas certaine que l’on puisse copier un sourire sur quelqu’un. Par contre, on peut imiter ^^

C’est à peu près tout. J’ai aussi remarqué plusieurs choses dans ton écriture. La première, est que tu as beaucoup d’imagination et que tu veux caser des centaines de choses en une seule phrase (Je le sais car j’étais pareille). Finalement, ça te donne des difficultés à organisé et donc à donner un sens à ta phrase. Pour y remédier, je te conseille de faire des phrases plus courtes. Si c’est plus facile à lire de même, le lecteur sera plus accroché.
Ensuite, étant donné qu’il y a peu de garçons qui pensent à se sécher les cheveux, dois-je en déduire que tu es une fille ? (Ruby mène son enquête) Si je me suis trompée, je te dois des excuses ^^’.

Quoi qu’il en soit, ces quelques détails réglés, je serais ravie de valider ta fiche de façon à pouvoir rp au plus vite avec toi. Ne te fie pas aux apparences, je suis moins sévère en rp (du moment que tu respectes le règlement bien sur).

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asano Miraiavatar
Passant


Messages : 4

Votre personnage
Âge : 18 ans
Classe ou Emploie: Troisième année de lycée
Club : Aucun

MessageSujet: Re: Asano Mirai   Mar 26 Juin 2012 - 23:41

Bonsoir et merci d'avoir pris le temps de critiquer ma fiche ^^
Au sujet des points que tu as critiqués, j'ai modifié "copié" qui est effectivement étrange dans ce contexte, et supprimé le nom du pensionnat. Par contre pour l'allusion à la Méduse, le problème est-il qu'on ne fait pas facilement l'association entre le regard nocif du monstre qu'il faut contrecarrer et l'état nerveux limite de Mirai qu'il s'agit de calmer avant qu'il ne s'en prenne aux invités, ou est-ce que cela s'intègre simplement mal dans l'énumération ? Dans les deux cas, j'admets que ça complique inutilement le propos... Quant aux invités, ce sont des relations strictement professionnelles des parents de Mirai, ce qui explique qu'ils n'aient jamais rencontré leurs charmants enfants.

C'est vrai que mon écriture est naturellement compliquée, mais je crois que c'est plus flagrant avec ce type de fiche qu'en rp. Comme je n'ai pas décrit de manière explicite la psychologie de Mirai, il fallait qu'on puisse déduire sa tendance à se monter la tête tout seul d'énumérations qui n'en finissent pas. De même, vers la fin, il ne prête plus du tout attention à ce qui l'entoure parce qu'il est trop stressé pour cela, et donc le rythme du récit est complètement déréglé. Seulement à force de m'embarquer dans la théorie je crois que j'ai oublié le confort élémentaire du lecteur... ToT
Du coup je veux bien retravailler le texte, ça risque seulement de me prendre un peu de temps.

Et sinon, oui je suis une fille aux cheveux longs, comme tu l'as si finement deviné, et Mirai tient tellement à son confort que je ne pouvais pas laisser passer ce détail (sa soeur est beaucoup moins maniérée...).

_________________

Break the conventions. Keep the commandments.


G. K. Chesterton.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stranger Emilyavatar
The Queen


Messages : 422
Féminin Age : 21

Votre personnage
Âge : 17 ans/Troisième année
Classe ou Emploie:
Club : Shinbun Shôta

MessageSujet: Re: Asano Mirai   Mer 27 Juin 2012 - 14:41

Salutations et bienvenue sur le forum !

Ton style est effectivement pas toujours clair mais c'est vrai qu'un test rp, c'pas toujours évident. Alors j'ai hâte de voir comment tu t'en sors en Rp !

Sur ce... A bientôt dans le Rp :3

_________________

« Save Our Souls. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rime.over-blog.net
Asano Miraiavatar
Passant


Messages : 4

Votre personnage
Âge : 18 ans
Classe ou Emploie: Troisième année de lycée
Club : Aucun

MessageSujet: Re: Asano Mirai   Mer 27 Juin 2012 - 16:25

Merci beaucoup !

Je vais faire de mon mieux en tout cas ^^

_________________

Break the conventions. Keep the commandments.


G. K. Chesterton.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyuji Rubyavatar
Passante


Messages : 63
Féminin Age : 21

Votre personnage
Âge : 17 ans/ élève
Classe ou Emploie:
Club : Club de Musique

MessageSujet: Re: Asano Mirai   Lun 2 Juil 2012 - 10:47

Bon, étant donné que je ne vois pas de raisons supplémentaires de te retenir à ce niveau , je te valide ! Tu as désormais accès à tous les privilièges déstinés aux membres. Sur ce, bonne chance pour cette aventure pleine de rp qui t'attend.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeuavatar
Maître du Jeu


Messages : 41

Votre personnage
Âge :
Classe ou Emploie:
Club : Aucun

MessageSujet: Re: Asano Mirai   Mer 19 Sep 2012 - 13:36

Si tu comptes réellementt rp sur ce forum, veuille nous le signaler, car nous allons faire un néttoyage complet des comptes inutilisés.

Merci de nous prévenir d'ici un mois! :)

_________________


I'm just playing with you Invité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Asano Mirai   

Revenir en haut Aller en bas
 

Asano Mirai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Dréa Asano, la fille ensanglantée et humiliée~ [Terminée]
» Quel détenteur de Mirai Nikki (journal du futur) préférez-vous ?
» .:: Jamais Deux sans Trois, hein! ::. {Pv Mirai-chan!}
» Mirai Nikki Redial + OAD
» Mirai Shida
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La paperasse :: Faisons les présentations. :: Fiches Validées-