AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Itoshiki Ruka

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Itoshiki Rukaavatar
Passant


Messages : 25

Votre personnage
Âge :
Classe ou Emploie:
Club : Aucun

MessageSujet: Itoshiki Ruka   Ven 4 Mai 2012 - 22:45

Itoshiki Ruka





Sexe: Homme

Nationalité: Japonaise

Date de naissance: 18 novembre 1994

Lieu de naissance: Sapporo - Japon

Âge: 17 ans

Religion: Athée

Niveau scolaire: Seconde année de lycée

Tuteur légal: Itoshiki Akiko

Numéro: 080-4443-8982

Avatar: Lelouch Lamperouge (Code Geass)



Particularité ?

Suite à une overdose, Ruka a du subir une cure de désintoxication suivi d’une post cure l’empêchant de suivre ses cours durant pratiquement quatre mois. Sa mère semble tenir tout particulièrement à ce que, après cet incident, son fils parte en pensionnat. Afin d’être certain qu’il ne replonge plus dans son addiction, il est actuellement toujours suivi par un psychologue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyuji Rubyavatar
Passante


Messages : 63
Féminin Age : 21

Votre personnage
Âge : 17 ans/ élève
Classe ou Emploie:
Club : Club de Musique

MessageSujet: Re: Itoshiki Ruka   Ven 4 Mai 2012 - 22:47

Bienvenue ! J'ai hâte de lire ta fiche x). Bonne chance pour le reste. Tu n'auras pas le droit à ma gentillesse étant prévenue depuis un moment.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itoshiki Rukaavatar
Passant


Messages : 25

Votre personnage
Âge :
Classe ou Emploie:
Club : Aucun

MessageSujet: Re: Itoshiki Ruka   Ven 4 Mai 2012 - 23:40

Ouah... Bah c'était rapide comme réponse... Tss... T'façon j'y ai jamais eu droit à ta gentillesse T_T (nan, je ne fais pas du tout ma victime >.<) Bref, assez parler pour ne rien dire...



Test RP :


Ruka Itoshiki était un jeune homme de dix-sept ans à peine. Avec son mètre soixante-seize, il était de taille tout à fait moyenne. Bien qu’un peu mince pour son âge, son poids aussi était dans la moyenne. Il n’avait jamais eu une carrure impressionnante et ses traits fins contribuaient à lui donné un aspect légèrement efféminé. Il avait le menton pointu, les lèvres fines et les cils longs. Ses cheveux noirs, mi-longs, retombait au bas de sa nuque et sur son front en mèches rebelles. Ces yeux était d’une couleur plutôt indéfinie, proche du violet, indigo aurait dit certains… Quoiqu’il en soit, le jeune homme était loin d’être laid à regarder.

Ruka avait toujours été un garçon plutôt amer. Cela était sans nul doute dû à sa petite enfance ainsi qu’à sa situation familiale quelque peu chaotique. Lorsqu’il était enfant, il était loin d’être sociable. Le fait qu’il soit daltonien achromate n’ayant pas arrangé les choses, il n’avait alors que peu d’amis. Il aurait aimé pouvoir prétendre qu’il n’avait jamais mal vécu son handicap mais c’était faux. Il avait toujours très mal vécu les moqueries récurrentes de ses camarades et, n’étant pas du genre à se laisser marcher sur les pieds, fut alors impliqué dans de nombreuses bagarre. Petit à petit, son caractère bagarreur c’était développé et commença sérieusement à exaspérer ses parents. Avec leur amour et leur attention, Ruka aurait certainement pu rentré dans le droit chemin. D’ailleurs il ne demandait que ça, de l’amour ou de l’attention, bref, de l’intérêt de la part de ses géniteurs. Il les aimait pourtant, un gosse de cinq ans est incapable de détester ses parents, mais ceux-ci étaient sans cesse occupés par leur travail respectif. Il apprendrait d’ailleurs, quelques années plus tard que, ces parents, au début de leur relation souhaitait essentiellement se consacré à leurs carrières et c’étaient promis de ne pas avoir d’enfant afin que ceux-ci n’ait pas à souffrir du manque de temps qu’ils avaient à leur consacrer. Ruka était donc, ce que l’on pouvait appelé, une erreur. Et puis un jour, peu après ses six ans, son père quitta sa mère pour une autre femme de dix ans plus jeune. Avec elle, il repartit aux Etats-Unis, pays dont il était originaire, et son fils n’entendit plus jamais parler de lui. Plus de nouvelles, plus rien. Aujourd’hui, Ruka constatait qu’il ne se souvenait même plus du visage de cet homme qui avait été son père pendant les six premières années de sa vie. Alors Ruka resta seul avec sa mère dans leur immense maison. On ne pouvait pas dire qu’il manquait de grand-chose, peut être d’amour mais cela n’était qu’un détail. Après le départ de son père, sa mère semblait plus distante qu’elle ne l’avait jamais été avec son fils. Elle rentrait tard du travail voir, parfois, pas du tout. Les rares fois où elle était à la maison, elle vivait sans voir son fils, ne lui consacrant son attention que pour lui reprocher ses mauvais résultats ou ses bagarres récurrentes.

Quand il entra au collège, Ruka décida que sa mère le verrait enfin. Il décida de la rendre fière. Il se mit à travailler d’arrache-pied et décrocha d’excellentes notes. Lui qui avait toujours rechigné à aller vers les autres fit des efforts considérables afin de se faire bien voir de ses professeurs et camarades. Tout ça afin que sa mère le remarque enfin, qu’elle le félicite. Pourtant cela ne l’avait jamais satisfaite. La mère de Ruka se montrait certes un peu plus chaleureuse avec lui, mais rien qu’un peu. Rien n’avait changé, ni la froide ambiance de la maison, ni l’absence. Tout ses efforts semblaient vain à Ruka. Alors il craqua.

Peu de temps après son entrée au lycée, il cessa tout effort du côté de ses résultats scolaire. Plus rien ne l’intéressait. Ni les cours qui lui paraissait chiants à mourir, ni les gens qu’il fréquentait qui semblaient d’une insignifiance et d’une connerie absolue. En fait, il s’ennuyait. Et, ça, l’ennui, il le haïssait plus que tout. Encouragé par la crise d’adolescence et la rancœur accumulé depuis plusieurs années, il se mit petit à petit à mépriser sa mère, puis à la détester. Il cherchait à se changer les idées par tout les moyens possibles et imaginables et, finalement, commença à traîner dans les soirées louches. Là-bas, il avait l’illusion d’être libre. Il gouta d’abord à la cigarette, puis aux alcools. Et, quand ces deux là ne lui suffirent plus, il commença à s’intéresser au sexe. De ce côté-là, fille ou garçon lui importait peu. Mais bientôt même cela ne lui suffit plus. Alors il essaya autre chose. Oh, bien sûr, il avait déjà vu des reportages télévisés, des témoignages, de personnes tombé dans ce genre d’addiction, qui vivait l’enfer… Mais il n’avait pas peur. Et puis, il n’était pas comme tout ces idiots qui ne parvenaient pas à se contrôler. Ce n’était pas parce qu’il allait en prendre de temps en temps qu’il allait devenir addict. Pas vrai ? Alors, il c’était résolut à prendre une dose de cocaïne.

Au début, c’était génial. Il planait, il se sentait mieux qu’il ne s’était jamais senti. Puis le manque c’était fait sentir. Ce n’était pas un besoin irrésistible au début. Juste une petite voix dans sa tête qui lui murmurait « Vas-y, Ruka. Tu en meurs d’envie… ». Alors il en avait repris. Une fois. Puis deux. Puis trois. Puis il avait perdu le compte et cela avait continué pendant neuf mois. Et le manque c’était aggravé. Et, un jour, ce qui devait arriver, arriva.

Overdose.

Il s'était réveillé dans un hôpital de Sapporo après un coma de deux semaines. La suite des événements avait été ennuyeuse à mourir. Cure de désintoxication, puis post cure, puis sa mère avait insisté pour qu'il voit un psychologue (qu'il voyait d'ailleurs toujours). Bref, il avait raté plus de quatre mois de cours. Autant dire que son année scolaire était foutue. Il s'était préparé mentalement à l'idée du redoublement mais sa "chère" mère en avait décidée autrement.

Elle lui avait soumis son projet de l'envoyer dans ce pensionnat en arguant qu'il accueillait spécialement les étudiant en retard scolaire, que c'était parfait pour lui puisque, en plus de ne pas redoublé, il en sortirai avec un niveau scolaire excellent, blablabla... Bref, Ruka ne s'était pas soucié de ses arguments qui sonnaient creux. Dans sa tête, tout était parfaitement logique. Vous êtes une femme seule et riche qui galère à élever un enfant, drogué et ne cessant de lui faire honte en société pour laquelle vous ne ressentez pas le moindre amour. Vous cherchez donc à vous en débarrasser mais d'un autre côté, vous ne voulez pas que l'on vous montre du doigt en vous traitant de mère indigne. Que faire ? Simple. Payez à votre fils une place dans un pensionnat très cher mais, surtout, très lointain ! À se demander pourquoi elle n'y avait pas pensé plus tôt...

C’est ainsi que, à peine plus d’une semaine après l’annonce de sa mère, Ruka Itoshiki se retrouva inscrit au pensionnat Shôta.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyuji Rubyavatar
Passante


Messages : 63
Féminin Age : 21

Votre personnage
Âge : 17 ans/ élève
Classe ou Emploie:
Club : Club de Musique

MessageSujet: Re: Itoshiki Ruka   Sam 5 Mai 2012 - 10:39

Je ne pensais pas dire ça aussi vite mais voilà. J'aime beaucoup ! Je vois ce que tu voulais dire et je suis assez contente que tu ais finit par arrêter ton choix sur un truc aussi sympas. Rien ne manque, je te valide ! Tu peux donc participer à la vie active du forum. Profite en pour éventuellement te joindre à notre évènement.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Itoshiki Ruka   

Revenir en haut Aller en bas
 

Itoshiki Ruka

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Un nouveau monde etrange ...Ruka [FINI]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La paperasse :: Faisons les présentations. :: Fiches Validées-