AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Carnet trempé, encre délavée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stranger Emilyavatar
The Queen


Messages : 422
Féminin Age : 21

Votre personnage
Âge : 17 ans/Troisième année
Classe ou Emploie:
Club : Shinbun Shôta

MessageSujet: Carnet trempé, encre délavée.   Ven 18 Fév 2011 - 1:46

STRANGER Emily
« Why do you think I'm strange ? »





Sexe: Femme

Nationalité: Anglaise

Date de naissance: Le 15 février 1993

Lieu de naissance: A Londres, en Angleterre.

Âge: 18 ans

Religion: Athée

Niveau scolaire: Première année d'université

Tuteur légal: Sakura Torizaki, sa mère

Numéro: 800 261 995

Avatar: Nana Osaki de Nana



Particularité ?

Suite au décès de son père, troubles importants du comportement. Hallucinations. Psychoses. Phobie incontrôlable. Bipolarité, schizophrénie ou dépression ? Suivie régulièrement par une équipe psychiatrique. Aucun pronostic établi pour l’heure.


_________________

« Save Our Souls. »


Dernière édition par Stranger Emily le Sam 17 Mar 2012 - 22:07, édité 26 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rime.over-blog.net
Stranger Emilyavatar
The Queen


Messages : 422
Féminin Age : 21

Votre personnage
Âge : 17 ans/Troisième année
Classe ou Emploie:
Club : Shinbun Shôta

MessageSujet: Re: Carnet trempé, encre délavée.   Ven 18 Fév 2011 - 14:39

Son caractère

__ Contrairement aux préjugés les plus répandus sur les punk et les gothiques, la jeune femme n'est pas associable et n'a pas non plus des tendances suicidaires. Bon, il est vrai qu'elle n'a pas non plus une folle joie de vivre, mais c'est pas pour ça qu'elle fout sa vie en l'air. Elle essaye de profiter de sa vie, mais à sa façon. Donc non, elle ne va pas aller faire l'hystérique devant les vitrines ou discuter pendant des heures de choses futiles - comme les garçons. Non, ce qu'elle aime elle, c'est écouter les autres.

__ Une vraie conversation pour elle c'est quand c'est l'autre qui parle le plus et qu'elle n'ajoute rien de superflue, qu'elle ne dit que le nécessaire. Cette habitude est très efficace pour calmer, réconforter ou apaiser quelqu'un. C'est pour cela qu'on a facilement confiance en elle, et on aura bien raison. Elle ne trahit jamais. Les confidences qu'on lui fait reste pour elle. D'ailleurs il n'est pas rare qu'on lui en fasse. En retour, elle, elle se confit presque jamais. Elle n'aime pas parler d'elle, elle préfère de loin entendre l'histoire des autres.

__ La jeune fille est très attentive aux autres et fait bien attention à ne blesser personne inutilement. Elle préfère souvent la facilité : se taire au lieu de dire vraiment ce qu'elle pense. C'est un de ses plus gros défauts. D'ailleurs personne ne peut vraiment savoir ce à quoi elle pense ou ce qu'elle vit. Elle ne raconte rien, elle écoute, c'est tout. C'est sans doute à cause de ça qu'elle parait mystérieuse, et surtout associable. Alors qu'elle ne l'est absolument pas. Elle adore être entouré. La solitude, elle ne la supporte plus.

__ On doit admettre que malgré toute sa bonne volonté, elle reste très souvent seule. Non pas que cela lui plaise. Bien au contraire. Mais elle a cette fichue timidité maladive qui la bloque, partout, tout le temps. La jeune femme ne parvient pas à la surmonter. Elle est comme ça, malgré elle. Elle a déjà essayé d'être moins introvertie, moins réservée. Mais à chaque fois, c'était une catastrophe des plus totales et elle se retrouvait dans des situations délicates, voir carrément périlleuses, les joues écarlates et la honte lui nouant la gorge. Et ce genre de sentiment, elle a beau le connaitre bien, elle le déteste. Ce qui ne l'échappe pas de ses continuelles maladresses.

__ Autant vous le dire de suite, elle a deux mains gauches, deux pieds gauches. Elle est d'une maladresse incroyable. Elle s'éclate la gueule par terre, elle renverse toujours ce qu'elle porte, elle fait des chutes dignes de gags préparés à l'avance. Bref, elle se retrouve constamment dans des situations peu glorieuses pour elle. Donner bonne impression ? C'est un rêve inaccessible pour elle : entre sa timidité maladive, sa maladresse handicapante, son style choquant et puis... Surtout, elle est, disons, pas comme les autres.

__ La demoiselle est sans cesse en décalage par rapport aux autres. Oui, elle est différente. Déjà, puisqu'elle ne peut pas parle plus de dix minutes sans rougir, elle écrit. Ca fait environ cinq ans qu'elle s'est mise à écrire. Au début, c'était des bouts de phrases, sans vraiment de sens et quelques rimes dispersées. Puis elle a écrit quelques histoires, des poèmes. A ce moment là, elle a commencé à jouer au théâtre, et donc naturellement, elle s'est mise à écrire des pièces. Depuis, elle ne s'est pas arrêtée. L'écriture lui permet de relâcher toutes les pressions qu'on lui inflige sans arrêt. L'anglaise n'a aucun principe pour écrire. Elle peut se contenter d'un seul jet ou reprendre vingt fois un texte avant qu'il ne lui plaise. Elle peut écrire n'importe où, n'importe quand. De préférence seule. Et souvent la nuit. Mais... Tout arrive un jour ou l'autre. Cependant, ce qui lui permet d'écrire, c'est essentiellement son indéniable curiosité.

__ La curiosité est un vilain défaut. Pour la jeune fille, ce dicton est stupide. Il faut être curieux pour découvrir de nouvelles choses. Et pour elle, c'est une habitude. Elle est curieuse de tout. Autant de votre recette imparable de couscous que de la guerre qui s'est déroulée sous ses pieds il y a plus de trois siècles. Tout les domaines l'intéressent. Alors elle questionne, se renseigne. Tout le temps. Elle parait même souvent indiscrète, là n'est pourtant pas son intention. Elle respecte les affaires privées tout de même. Bien qu'elle aimerait tout savoir.

__ C'est d'ailleurs bien cela qui l'agace. Alors oui, elle s'énerve... La jeune femme admet bien volontiers qu'elle a parfois des excès colériques. Elle crie, hurle voir insulte, et frappe au besoin. Pourtant pas du genre violente, la gamine ! Mais quand on a vu ce genre de réaction pendant toute son enfance, on ne peut s'empêcher de reproduire la même chose sur soi... Elle tient tellement à cœur de défendre ses pensées. Justement parce qu'elles sont fragiles, et loin d'être forcément bien ancrées dans la réalité...

_ C'est sans doute dû à ses hallucinations. Ah, je ne vous ai pas dit ? La petite anglaise a une santé mentale particulièrement fragile suite surtout à l'accident de son père. Emily a donc la chance inestimable d'avoir des hallucination auditives et, plus rarement, visuelles. Elle a également de temps à autre des délires paranoïaques violents, surtout quand vient la période de Noël. De plus, il lui arrive de tenir un discours des plus incohérents et désorganisés... Son "bon sens" n'étant pas compris dans leur normale, sa façon de penser a souvent été qualifié par ailleurs de marginale, dérangeante. En bref : la schizophrénie gagne peu à peu du terrain sur elle. Et chez elle, la lutte interne fait rage.


Dernière édition par Stranger Emily le Mer 7 Déc 2011 - 15:20, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rime.over-blog.net
Stranger Emilyavatar
The Queen


Messages : 422
Féminin Age : 21

Votre personnage
Âge : 17 ans/Troisième année
Classe ou Emploie:
Club : Shinbun Shôta

MessageSujet: Re: Carnet trempé, encre délavée.   Ven 18 Fév 2011 - 14:40

Son apparence

__ La silhouette fine, la jeune femme a encore le corps souple des petites filles. Ses formes sont tout aussi harmonieuses : une petite poitrine, une taille mince, des hanches étroites, des jambes élancées. Un vrai corps de mannequin. Si seulement elle ne mesurait pas qu'un mètre soixante trois ! Sa taille et sa physionomie ont beau lui donner un air enfantin, elle a tout de même un véritable corps de femme. Et se voit de suite aux premiers abords. Sans doute grâce à sa peau. Elle a une peau particulièrement pâle, comme laiteuse. Elle ne peut ni bronzer, ni attraper de coup de soleil : elle est toujours blanche... Neige. Mais cet air enfantin est également dû à son visage.

__ Son visages triangulaire semble sculpté avec une grande finesse. En effet, ses traits fins et délicats tracent les courbes de son visages avec harmonie et y développe une allure timide, réservé, très révélatrice du caractère de la jeune fille. Tout comme ses grands yeux divaguant entre le vert et le bleu, voir le gris, suivant ses humeurs. Son regard vise rarement quelque chose de précis, il est plus souvent perdu dans le vague, rehaussés par de longs et élégants cils noirs. Au centre de son visage, discret, son nez se profile subtilement. Et, juste en dessous, des lèvres minces sourient facilement sur des dents soignées. Tandis que, de chaque cotés, ses joues sont bien la seule partie de son corps à s'empourprer, et pour un rien en plus ! Il faut dire que ses cheveux n'arrangent rien au tableau.

__ Je ne pourrai pas vous dire la couleur de sa chevelure -ou, plus exactement, de sa crinière, elle change de colorations presque toutes les deux semaines ! Elle change de couleur, mais plus rarement de coupe, ou alors c'est bien moins radical : je précise qu'elle peut passer en coloration du noir profond au bleu azure sans aucun souci. Ils sont coupés courts. Soit à la garçon, soit mi-long, soit, à la limite, en carré. Très rarement plus. Du coup, elle ne se fait aucune coiffure. Elle ne les attache quasiment jamais, ou alors très peu : barrette et pas plus. Elle les garde donc la plupart du temps totalement libre. Mais ce n'est pas pour ça qu'elle n'en prend pas soin. Au contraire. Sa chevelure joue un rôle important dans son style.

__ La jeune femme accorde une grande importance à son style, c'est ce qui l'a définit le mieux. Elle est, indéniablement, une punk, y mêlant souvent la mode gothique, pour créer son propre style qui lui correspond : elle porte souvent des robes courtes et sombres mais aussi des jupes avec des chemises, des décolleté simples, des débardeurs classique. Et souvent des vestes anglaises à l'esprit très punk. Souvent ces tenues dérangent, choquent. Son style peut paraitre simple comme ça, mais en fait, la demoiselle joue énormément sur les accessoires, les bijoux et le maquillage. En effet, outre le maquillage souvent noir mais pouvant aller au violet, au rouge, ses bijoux sont un élément clef. Entre les croix, les têtes de mort, les bracelet à clous, les chaînes diverses, les faux piercings et tatouages ainsi que d'autres éléments caricaturales des gothiques et des punks, on trouve également des rubans, des nœuds, des perles, ajoutant une touche sweet à son style. L'adolescente mélange ainsi plusieurs modes et a donc du mal à s'établir dans un style bien défini.


Dernière édition par Stranger Emily le Mer 14 Sep 2011 - 19:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rime.over-blog.net
Stranger Emilyavatar
The Queen


Messages : 422
Féminin Age : 21

Votre personnage
Âge : 17 ans/Troisième année
Classe ou Emploie:
Club : Shinbun Shôta

MessageSujet: Re: Carnet trempé, encre délavée.   Ven 18 Fév 2011 - 14:42

Once upon a time…

Je pourrais commencer le récit du passé d’Emily Stranger par le fameux « Il était une fois », mais… Cette expression est plutôt utilisée dans le cadre de contes narrés aux enfants. Or, l’histoire que je vais vous raconter n’est pas de celles que l’ont peut conter à de jeunes oreilles. Mais, je ne vais pas vous faire un résumé. Non, je vais tout vous raconter depuis le début...


__________ BIOLOGICAL PARENTS

Sa mère, Sakura Torizaki, est japonaise. Elle est née à Okinawa, une petite île au sud du Japon. Ambitieuse et très curieuse du monde qui l'entoure, elle a rapidement quitté son archipel et voyagé aux quatre coins du monde en quête d'aventures. Comme excuse à toutes ces expéditions, et surtout pour les financer puisqu'elle n'est pas issue d'un milieu très riche, elle choisit un métier adapté : interprète. Elle sait parler couramment le japonais -évidemment-, l'anglais, l'allemand, l'espagnol, le français et le russe. Avec ça, elle peut voyager n'importe où et se débrouiller pour être comprise. C'est sa grande passion de voyager. Alors elle ne prend le temps de ne rien faire d'autres. Elle n'a ni amis constants, ni homme véritable, ne restant rarement plus d'un mois dans la même ville.

Son père, David Stranger, est d'origine anglaise. Il est né à Londres même, la capitale du pays qu'il affectionne tant : l'Angleterre. Il est issu d'une famille aisée, et même assez riche. Mais il a su, grâce à sa sœur, rester humble et sans prétention. Du moins, c'est ce qu'il croit. Car, en vérité, bien qu’il ne soit pas hautain et méprisant, il préfère tout de même garder une certaine distance avec les autres et ne surtout pas s'attacher. Non pas par dédain, il sait seulement que mêler sentiments et affaires n'est pas une alchimie souhaitable. Et étant le fils aîné, il reprend, à la mort de son propre père, l'entreprise familiale et se lance ainsi dans la course qui perdura tout au long de sa vie. Il est obligé de se déplacer souvent pour les affaires, bien que cela ne lui plaise pas particulièrement. C'est pourquoi il ne prend pas le temps de garder contact avec qui que ce soit, pensant plutôt bénéfice et profit.

STORMY MEETING __________

Ils se rencontrèrent en Nouvelle-Zélande. David était depuis quelques années sur un gros projet, et celui-ci devait aboutir ici, sur l’île du nord, à Auckland. Quant à Sakura, elle avait été contactée par son entreprise pour solliciter ses services, et n’étant pas encore allée dans ce pays, elle s’était empressée d’accepter. C’est donc autour d’une table imposante qu’ils s’aperçurent la première fois. Mais, je vous arrête tout de suite : il ne s’agit pas d’un coup de foudre, loin de là. La première réunion se déroula sans encombre, sans détail notable. Cependant, le lendemain, il n’en fut pas de même.

A la réunion prévue dans la matinée, l’ambiance n’était pas des plus agréables. Alors que David enragea que son client ait deux heures de retard, Sakura se demandait si elle avait bien fait d’accepter, car pour l'instant, elle n’avait pas eut un seul moment à elle pour visiter un peu la ville et c’était pourtant là son seul plaisir. Finalement, le téléphone sonna et un assistant décrocha. C’était le client à l’appareil : pour des raisons qu’il refusait divulguer, il annulait la transaction. David arracha le combiné des mains du suppléant et commença à hurler à son interlocuteur. La rage l’emporta et, quand il raccrocha, il annonça simplement :

    - Il ne viendra pas.


Dans les bureaux, silence. Personne n’osait dire un mot. Personne ? Il me semble qu’on ait oublié quelqu’un…

    - Pas étonnant.


La jeune japonaise avait lâché ça dans un soupir, presque involontairement, mais bien assez fort pour que ses dires parviennent aux oreilles du directeur. Ce dernier daigna enfin accorder un regard à celle-ci et la fixait maintenant d’un œil impérieux.

    - Je vous demande pardon ?
    - Vous n’avez pas vu déjà qu’hier il était distant, toujours sur ses gardes, limite prêt à s'enfuir au moindre signe ? C’était prévisible, voilà tout.
    - Oh, excusez moi ! J’ignorais que vous vous y connaissiez en affaires !
    - Je m’y connais seulement en comportements humais. Ce qui semble être plutôt votre point faible.


Répliques rapides. Propos blessant. Ironie cassante. La conversation avait duré longtemps. Le ton montait rapidement chez l’anglais, tandis que Sakura gardait tout son sang-froid. Dans la salle, personne ne se serait risqué à les déranger, personne ne moufetait. Pas même les mouches.

Le temps passait. Mais étant tous les deux aussi têtu l'un que l'autre, ils ne lâchaient pas prise. La journée s’écoulait. Et les bureaux se vidaient peu à peu, sans un bruit, sans que les deux ne s’en rendent compte.

    - De quoi vous plaignez-vous ?! On vous paye pour ne rien faire pour le moment !
    - Et vous alors ? Vous n'avez pas plus de mérite.


Là, c'en était trop. La coquille jusque là opaque qui protégeait le fier directeur vola en éclats. Ce dernier s'écroula dans sa chaise, comme soudainement abattu par une balle. Mais en réalité, c'était bien plus fort que ça. Il avait été blessé à son orgueil, au plus profond de son âme. Touché. Coulé. Le supérieur hiérarchique mis minable, envoyé au tapis. Le voilà qui pleurait en silence...

L’interprète, poussée par le remord à la vue de cet homme si puissant pleurer, se leva et s'approcha doucement. Elle ne trouvait plus les mots. C'est sûr, blesser, c'est facile, tout le monde sait faire, mais réconforter, c'est une autre affaire... Tous les deux mal à l'aise, l'un par son manque de pudeur pour ses émotions et l'autre pour avoir fait pleurer un homme si fier, le silence se prolongeait. Que pouvaient-ils faire … ? Je vous le demande, sincèrement. Pour arranger une telle situation, il n’y avait plus qu’une solution. Absurde, il est vrai, mais j’aurais aimé vous y voir à leur place ! Ils n’avaient pas le choix… Destin ? Bêtise ? Qu’en sais-je et qu’importe. L’unique solution, le X de l’équation, il est très simple : le sexe.

Alors, oui, ils se sont embrassés, et oui, ils ont couchés ensemble, ici, dans ce bureau désert. Glauque direz-vous… Très certainement. Mais, ils étaient seuls, et ils le sont toujours d’ailleurs. Non, je n’essaye pas de leur trouver des excuses, je vous demande juste un peu d’indulgence. Quand la solitude vous ronge, vous pouvez faire des choses insensées. Que vous regrettez évidemment ensuite. Mais il est trop tard...

Je ne sais qui a commencé, toujours est-il que les deux ont continués et que le lendemain, ils se sont quittés sans le moindre sentiment. Ce n’était que l’affaire d’un soir, ils en étaient parfaitement conscients. Ils repartirent, chacun de leur coté : David dans son business et Sakura à travers le monde. Ils ne se revirent pas, ne s’appelèrent pas. L’affaire était close. Du moins, c’est ce qu’ils pensaient…

Deux mois plus tard, l’homme d’affaire reçut l’appel qui bouleversa sa vie, à jamais.

    - Je suis enceinte.


Ni ménagement, ni la moindre hésitation. Direct, franc. Apocalyptique. Pouf. David s’effondra dans son fauteuil de cuir, anéanti. Merde. Ils ne l’avaient fait qu’une seule et unique fois pourtant. Mais, cela avait amplement suffit à Mère Nature pour faire son travail. Ce n’était pas le moment de regretter ou de se lamenter. Il fallait réagir… Alors, que faire ?

__________ UNWANTED FOETUS

A l’époque, l’avortement était très mal vu au Japon qui restait encore très traditionnel. Mais, pour avoir un enfant, il fallait être mariés. Sinon, la jeune femme déshonorait sa famille et allait devoir subir une réputation des plus dégradantes. Voyez-vous, une fois de plus, il n’y avait qu’un seul et unique remède. Désolant. Mais, avaient-ils le choix … ? Et c’est dans ces conditions navrantes qu’ils se sont mariés.

Leur nuit de noces ? Mieux vaut l’oublier. Imaginez-vous… Un décor riche, d’une blancheur parfaite avec comme seule ombre au tableau : les invités. Malgré leur robes et smokings guindés, tous auraient préféré se trouver n’importe où plutôt qu’ici. Ils avaient beau être nombreux, les discutions se faisaient rares, on entendait que l’orchestre qui à lui seul devait matérialiser le sourire que tous avaient semblé oublier chez eux. La mariée enivrée d’alcool plus que de raison et son mari en pleurs dans les draps du lit conjugal… Non, il vaut mieux ne pas vous narrer cet épisode, cela serait un spectacle bien trop affligeant.

Écourtons également la grossesse. Elle n’était pas des plus réjouissantes de toutes évidences... Résumons-là brièvement. Des prises de tête à n’en plus finir, des absences, des silences, les cris reviennent mais toujours la haine qui demeurait. La rage à fleur de peau. Et toujours ce sentiment d’échec. Et mat.

Vint enfin le jour de l’accouchement. Pour certaines, cela arrive avec certes une pointe d’angoisse mais comme une véritable délivrance ! Le jour où enfin les deux êtres sont séparés et vont finalement pouvoir communiquer et s’accompagner l’un l’autre. Cela en fait rêver plus d’une… Mais, une fois de plus, cela en fut tout autrement pour eux. Bien sûr, s’il on en reste à un point de vue purement physique, tous les médecins présents s’accorderont à dire qu’il n’y eut pas le moindre encombre à cet accouchement. Mais d’un point de vue psychologique, ce fut véritablement apocalyptique.

Dans la tête de la mère, c’était un déchirement. Elle se rendait compte à quel point, tout cela n’avait été qu’une succession de causes à effet. Effet boule de neige. Elle en avait perdu tout contrôle depuis longtemps. Et cela lui faisait terriblement peur. Qu’allait-il advenir maintenant ? La jeune femme avait un enfant. D’où découlait des responsabilités qu’elle ne pouvait même pas imaginer… Voyager ? Il n’en était même plus question avec un enfant. Dès lors, elle refusa d’en prendre la charge.

DUMB LITTLE CHILD __________

Et c’est ainsi que la jeune Emily se retrouva d’office chez son père, sa mère retournant voyagé autour du globe.


Dernière édition par Stranger Emily le Ven 4 Nov 2011 - 5:35, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rime.over-blog.net
Stranger Emilyavatar
The Queen


Messages : 422
Féminin Age : 21

Votre personnage
Âge : 17 ans/Troisième année
Classe ou Emploie:
Club : Shinbun Shôta

MessageSujet: Re: Carnet trempé, encre délavée.   Ven 18 Fév 2011 - 14:43

Ses RP's

Fini
& Tadashi Shin

Inachevé
& Allen Sebastian, Beberlayde Charlotte

Inachevé
& Koakuma, Kotobuki Amaya

Inachevé
& Miura Mikado

Inachevé
& Kotobuki Amaya, Nakamura Miki

Inachevé
& Saitô Mitsuko, Kotetsu Moa

Fini
& Kimura Shizuo, Kuroshima Ryôko, Saitô Mitsuko,
Ayu Hatoshi

Inachevé
& Nakamura Miki, Saitô Mitsuko

Inachevé
& Himaruka Ren

En cours
& Tseng Yumi

Fini
& Smith Manhattan

Inachevé
& Akasuki Ayame

Inachevé
& Tsubasa Yoru

En cours
& Mitsurugi Kirie, Kyuji Ruby

Fini
[Solo]

Fini
& Kancel Leah, Machitsute Areku, Tadashi Shin

En cours
& Kancel Leah

En cours
& Tadashi Shin

En cours
& Girakanzu


En cours
Event #1

En cours
& Anzai Kenta

En cours
& Shigesuke Kahoru, Itoshiki Ruka

En cours
& Kotetsu Moa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rime.over-blog.net
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Carnet trempé, encre délavée.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Carnet trempé, encre délavée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Carnet de Chasse
» Falaise Trempée
» Carnet d'un espion malade | Luigi di Paliano
» Carnet d'une ombre.
» Vous avez déjà vu un carnet qui mord ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors jeu :: Je veux jouer ! :: Cher journal intime,-